Information et Commentaire > Un homme chinois bat sa fille à mort pour avoir copier en classe
Print out

Un homme chinois bat sa fille à mort pour avoir copier en classe

Information

Un travailleur dans l'est de la Chine a battu sa fille de 11 ans à mort, parce qu'elle a copié le devoir de sa camarade de classe à plusieurs reprises. L'agence de nouvelles chinoise, Xinhua, a déclaré, selon la police, que l'homme dans la province orientale du Zhejiang a forcé sa fille de 11 ans à se mettre à genoux, lui a attaché les mains et a commencé à la battre jusqu'à ce qu'elle cessa de respirer. Plus tard, elle a été transférée à l'hôpital où elle est décédée.

Un rapport publié par l'hôpital a révélé que la jeune fille souffrait de multiples fractures dans le cou et le dos. En outre, la police a précisé que le père battait sa fille après qu'il ait découvert qu'elle a copié son devoir de sa camarade de classe à plusieurs reprises.

Il est à noter que les châtiments corporels comme méthode éducative est courante en Chine, en particulier dans les régions rurales où les parents construisent de grands espoirs sur les réalisations académiques de leurs enfants.

Mardi dernier, un autre homme chinois avait attaqué les étudiants dans une école primaire avec un couteau, ce qui a entraîné la blessure de huit étudiants dont l'un est dans un état critique.

Commentaire

Quelques parents se rendent compte que battre les enfants, en les insultant et les grondant n'est pas utile et il ne produit pas le résultat aspiré. Parfois, il pourrait même dépasser la grandeur de la faute commise par l'enfant, tel que mentionné dans l’Information. Ce problème est considéré comme l'un des problèmes les plus complexes au niveau de la relation entre les parents et les enfants, car les parents ne se rendent pas compte que battre, gronder et humilier les enfants, affaiblissent leur personnalité, détruisent leur estime de soi et créent des sentiments de rancune, de haine et de violence. Cela se produit à un moment où la relation enfant-parents devrait être basée sur l'amour, la compréhension, la confiance, la communication et le dialogue, qui appelle à trouver des méthodes de discipline autres que battre, qui sont généralement plus efficaces.

Un jour, quelqu'un a demandé à Son Eminence, l'Autorité religieuse, Sayed Mohammad Hussein Fadlallah (ra) une question relative à l'affaire, et il a répondu comme suit : « Les parents ou les enseignants recourent à battre comme un moyen de contrôler l'enfant en raison de leur manque de patience, parce qu'ils croient que les coups est une courte façon de résoudre leurs problèmes avec les enfants. Alors que battre peut taire l'enfant pendant un certain temps, mais il pourrait avoir des répercussions négatives sur son caractère, et il peut même développer un sentiment de répression et de peur d'une part, et de l'autre, prendre une position de ressentiment envers la personne qui le bat...

Faire sentir l'enfant qu’il est persécuté par la violence contre lui est l'une des formes de faire tort aux parents et qui devrait être évitée. Nous inspirons de cette idée la merveilleuse et humanitaire idée exprimée dans le dicton suivant « faire du tort au faible est la forme la plus brutale de faire du tort ". C'est pourquoi nous devons respecter l'humanité de l'enfant dans le cadre du respect de la nôtre.

[Réponse extraite de l'ouvrage " Dunya Al-Tofol" (Le Monde des Enfants)]

Le 24/05/2014 Ap. J. C / 25/07/1435 H

Envoyer vos commentaires