Achoura > Discours de Sayyeda Zeinab, fille de l’Imam Ali (p) à Koufa
Print out

Discours de Sayyeda Zeinab, fille de l’Imam Ali (p) à Koufa

Après le martyre de l’Imam Al-Hussein (p), de sa famille et de ses compagnons, l’Imam Zayn El-Abidîne,Sayyeda Zeinab (p), les femmes et les enfants furent transportés captifs à Koufa. A leur arrivée, les gens les reçurent en pleurant. C’est alors que SayyedaZeinab (p) livra le discours suivant :

« O peuple de Koufa, ô peuple de la duperie et de la trahison, vous vous lamentez pour nous ! Quevos larmes ne tarissent jamais, que vos supplications ne se taisent jamais. Vous êtes semblables à celle qui  a défait le fil de son fuseau après l'avoir solidement tordu. Vous avez cru au Saint Prophète (p) mais vous avez, vous-même, trahi votre engagement. Car, vous considérez vos serments comme un sujet d’injure entre vous. Il n’y a parmi vous que des courtisans, vaniteux, vicieux, orgueilleux et cruels. En réalité, vos actions ne relèvent que de la flatterie de servantes à ses maîtresses et vous médisez en cachette comme des ennemis. Vous êtes telle une végétation sur un marécage, une prairie sur un fumier, un ornement d’argent sur un tombeau. Vos paroles sont pleines d’éclats mais vos actes sont détestables. Le mal que vous avez commis causera votre perdition etle courroux d’Allah s’abattra certainement sur vous et vous demeurerez éternellement dans le châtiment. 

Vous pleurez alors que vous avez décimé de vos propres mains nos bien-aimés. Pourquoi donc gémissez-vous ? Par Allah, vous devriez pleurez abondamment et rire peu. Par ce crime et votre trahison, vous ne récolterez que disgrâce et discrédit. Jamais vous ne vous débarrasserez de cette souillure. Jamais vous ne parviendrez à laver cet affront : celui de l’assassinat du fils du Sceau des Prophètes (p), le chef des jeunes du Paradis, le refuge des meilleurs d’entre vous, l’espoir de ceux qui vivent dans l’oppression, le phare des preuves d’Allah et le guide de la Sunna. Qu’Allah vous châtie pour votre horrible méfait.

Désormais vos efforts seront vains, vos mains vont se flétrir, vos transactions vous amèneront à la chute. Vous encourez la punition d’Allah et vous serez très certainement condamnés à la disgrâce et à l’humiliation.

O peuple de Koufa ! Soyez maudits ! Savez-vous quel être chéri par le Prophète (p) vous avez mis à mort et les voiles de quelles femmes vous avez offensés ? Savez-vous quel sang vous avez répandu et quel tabou vous avez transgressé ? La gravité de votre péché pourrait fendre les cieux, diviser la terre et réduire en poussière les montagnes. Vous avez commis un acte innommable. Il ne serait point étonnant de voir se déverser sur vous une pluie de sang et votre rétribution sera une torture encore plus terrible. Personne ne trouvera assistance et méfiez-vous, il n’y a ni répit ni sursis. Allahne se presse pas pour punir et Allah ne craint pas la vengeance. En vérité, votre Seigneur est à l’affût. »

L’Imam As-Sajjad (as) dit alors : « O ma tante ! Soyez patiente. Ceux qui demeurent doivent apprendre de ceux qui les ont précédés. Par la grâce d’Allah vous êtes instruite sans avoir été enseignée. Les larmes et le chagrin ne ramèneront pas ceux qui ne sont plus de ce monde. »

Après cela, l’Imam As-Sajjad (p) tenta de s’adresser à la foule. Mais redoutant l’impact de son éloquence  et dans le but de perturber son discours, les militaires amenèrent les têtes des martyrs et les levèrent au-dessus de la foule. La population commença à pleurer et leurs cris résonnèrent dans l’air. La tête de l’Imam Al-Hussein (p) précédait celle des autres et tous ceux qui la voyaient, furent en larmes..

Envoyer vos commentaires