Le Sermon du vendredi > La place de la raison en Islam
Print out

Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux

Le sermon du Vendredi Les deux sermons du Vendredi prononcés par Son Eminence, l'Autorité religieuse, sayyed Muhammad Hussein Fadlallah de la mosquée de al-Imâmayn al-Hassanayn à Haret Hreik, le 29 muharram 1431 / 15 janvier 2010 en présence d'une foule dense de personnalités religieuses, politiques, sociales ainsi que de croyants. 

Le premier sermon

La place de la raison en Islam

La raison : Source des lumières

Dieu, le Très-Haut, dit dans Son Noble Livre : ((Ceux qui savent seraient-ils à l’égal de ceux qui ne savent pas ? Ceux qui s'en rappellent sont ceux qui sont doués de raison)) (Coran XL, 9).

Dieu, à Lui la Grandeur et la Gloire, affirme dans ce Verset que c'est la raison qui assure à l'homme la ligne de l'équilibre dans le domaine de la connaissance et de la foi. La foi n'existe qu'à travers la raison, car la raison distingue le vrai du faux, la guidance de l'égarement, le bien du mal, pour permettre à l'homme de choisir l'attitude juste à prendre.

A partir de la raison, la science ouvre devant l'homme les horizons de la vie, de ses profonds mystères, de ses problèmes compliquées, de ses affaires diversifiées, de ses calcules rigoureuses. Grâce à la science, l'homme voit clairement les choses et, de ce fait, il pense clair et agit clair. En revanche, l'ignorance représente -dans la saisie des choses- l'horizon étroit, l'obscurité lourde, l'arriération, l'incertitude et l'ambigüité.

La valeur de la raison

C'est la raison qui permet à l'homme d'avoir de la valeur auprès de Dieu et des hommes. C'est également elle qui donne sa valeur à la pratique du culte. Certains ont parlé au Messager de Dieu (P) des mérites d'un homme. Il leur a demandé : "Que dites-vous de la raison de cet homme ?". "O Messager de Dieu, nous te parlons de sa persévérance dans la pratique cultuelle et de ses bonnes actions alors que tu nous interroges sur sa raison !". Il a alors répondu : "La stupidité du stupide lui cause des maux plus grands que ceux de la perversité du pervers. Demain, les serviteurs accéderont aux hauts rangs et s'approcheront de Dieu selon leurs raisons".

'Alî (p) a dit : ''La religion se mesure par la raison'' et "Il n'a pas de religion celui qui n'a pas de raison". Ibn as-Sikkît a demandé à l'Imâm 'Alî al-Hâdî (p) : "Quel est, de nos jours, le critère à utiliser pour juger les créatures". L'Imâm (p) a répondu : "C'est par la raison qu'est reconnu celui qui est sincère à l'égard de Dieu et celui qui est menteur à l'égard de Dieu". 

Entre connaissance et ignorance

A partir de ces considérations, l'Islam n'accepte point que les hommes suivent la voie de la légende et de l'arriération dans leurs croyances et actions. Le Musulman doit suivre dans sa croyance et son action la voie de la connaissance et non pas la voie de l'ignorance. Nous remarquons que certains membres de la Nation, mais aussi certains autres parmi ceux qui appartiennent aux services de renseignement et qui cherchent à présenter l'Islam, surtout sur les chaînes satellitaires, en tant qu'une religion de l'ignorance, et les Musulmans, qu'ils soient sunnites ou chiites, sous une image ignorante, arriérée et fanatique qui éloigne les gens de l'Islam.

C'est pourquoi que la société de la raison est celle qui se critique elle-même et critique ses propres idées. L'Imâm 'Alî (p) a dit à ce propos : "Celui qui est sage doit recenser ce qu'il a de mauvais dans les domaines de la région, de l'opinion, de la morale et des mœurs. Il doit le réunir dans son esprit ou les inscrire dans un livre et agir dans le sens de s'en débarrasser".

Chers frères, voilà ce qu'est l'Islam qui nous demande de vivre notre vie sur la base de la religion, de la sublimer à partir de la science et à chanter la vie à travers tout cela. 

Le second sermon

Serviteurs de Dieu ! Craignez Dieu et assumez vos responsabilités qu'Il vous en a chargées, car vous vivez dans un monde qui grouille de défis. De quoi s'agit-il ?

La judaïsation de la Palestine

L'entité sioniste entreprend de nouveaux pas dans le sens d'affirmer sa judaïté par le biais du mur qu'elle a décidé de construire sur les frontières égyptiennes entre Rafah et Eilat et qui est long de 266 kilomètres. Cela se fait parallèlement au mur d'acier que les pouvoirs égyptiens son en cours de construire sur les frontières entre l'Egypte et le district de Gaza.

Ainsi, l'ennemi se voit entouré d'une suite de murs de ciments et d'aciers qui s'ajoutent aux murs politiques, internationaux et régionaux qui pèsent sur le peuple palestinien et les peuples de toutes la région. Tout cela fait de cette entité une réalité lourde qui s'impose aux illusions arabes que les régimes se sont faites et ont voulu obliger les peuples à suivre.

Le silence honteux des Arabes

Tout en se ventant de son système de l'alcôve de fer qu'il prétend capable de stopper les missiles de la résistance, l'ennemi poursuit la judaïsation d'al-Qods avec de nouvelles décisions de démolitions des maisons des Arabes et des habitants d'al-Qods, et d'autorisations de la construction de dizaines d'unités de peuplement. Cela s'accompagne de menaces d'une guerre écrasante contre Gaza et le Liban… Pourtant, et dans le but de sauver la face à tel ou tel régime, des délégations arabes officielles se rendent en permanence à Washington pour l'inviter à lancer les négociations.

Il est vraiment honteux de voir les Arabes gaeder le silence  face aux vagues interminables de terrorisme israélien, de massacres et de raids visant les frontières de Gaza. Certains justifient le siège imposé aux Palestiniens par les exigences de la sécurité nationale, alors que de la Turquie se fait entendre, par la voix du Premier ministre Ardougan, qui a appelé à réformer les Nations unies qui, tolérant la non application de leurs résolutions, perdent leur raison d'exister.

Une nouvelle menace américaine

Aux menaces israéliennes, s'ajoutent de nouvelles menaces américaines que brandit le commandant de l'Etat-major des forces intérimaires de l'armée américaine qui a davantage exprimé les intentions de l'administration Obama qui a, jusqu'à maintenant, donné la preuve de son aptitude à faire ressusciter le produit terroriste qui a vue le jour, ici et là, sous la main américaine, non seulement par les soins de la CIA, mais aussi par ceux des armées, de l'occupation directe, de la menace de frappes contre les sites nucléaires iraniens et de la prétention que les plans américains sont prêts à exécution. Tout cela s'ajoute au ciblage direct des savants iraniens spécialisés dans les domaines de l'énergie nucléaire pacifique, ce qui annonce une nouvelle phase de pressions sur tous les plans.

Nous appelons l'administration Obama à reprendre un peu ses esprits si elle se soucie vraiment de la stabilité de la situation internationale. Nous l'appelons à se dégager de l'emprise de l'entité sioniste et à lire la conscience et les aspirations des peuples, car nous pensons que le fait de donner le feu vert à l'entité israélienne de commettre une nouvelle stupidité dans la région, ou de se mettre à la tâche par cette administration elle-même, aura des persécutions destructrices pour les Américains dans la région, pour l'entité israélienne ennemie et pour la sécurité du monde et son salut économique.

Les Attentats perpétrés à la Sainte Najaf

A la sainte Najaf, le pays de l'Imâm 'Alî Ibn Abû Tâlib (p), le pays de l'Enceinte scientifique historique, trois explosions ont eu lieu dernièrement au grand marché de la ville. Nous condamnons ce crime horrible commis dans cette ville sacrée qui est la ville de la sécurité et de la paix.

Liban : Pour une politique sécuritaire d'urgence   

Pour ce qui est du Liban dont la souveraineté est quotidiennement violée d'une manière spectaculaire d'intimidation par des avions Awax, des avions de guerre et des avions d'espionnage, il a besoin d'une politique sécuritaire d'urgence au lieu d'attendre les rapports de la Finul qui se contentent d'énumérer les violations israéliennes.

Le Liban a besoin de véritable plans stratégiques à même de défendre sa sécurité mise à découvert devant l'ennemi, et ce au lieu de s'engager davantage dans le jeu du partage et des nominations, et ce pour empêcher le monstre de l'agression de venir et de tout rafler au milieu de ce vacarme des partages et des nominations, ce vacarme de ceux qui partagent et qui nomment.

Le 15/01/2010 Ap. J. C / 29/01/1431 H

Envoyer vos commentaires