Le Sermon du vendredi > L'Anniversaire du départ du Noble Prophète (P)
Print out

Au Nom de Dieu, le Clément, le Miséricordieux

Le sermon du Vendredi

 

Les deux sermons du Vendredi prononcés par Son Eminence, l'Autorité religieuse, sayyed Muhammad Hussein Fadlallah de la mosquée de al-Imâmayn al-Hassanayn à Haret Hreik, le 28 safar 1431 / 12 février 2010 en présence d'une foule dense de personnalités religieuses, politiques, sociales ainsi que de croyants.

 

Le premier sermon

L'Anniversaire du départ du Noble Prophète (P)
 

Dieu, le Très-Haut, dit dans Son Noble Livre en s'adressant à Son Messager (P) : ((Tu es pour mourir, eux aussi sont pour mourir)) (Coran XXXIX, 30). Il dit aussi : ((Et nous n’avons assigné à l’immortalité nul homme avant toi. Mourrais-tu alors que ceux-ci demeureront ?)) (Coran XXI, 34).

Au vingt-huitième jour du mois de safar, nous célébrons la mémoire de la mort du Prophète Muhammad (P) dont la mort a vu s'interrompre définitivement la Révélation céleste, et se perdre l'un des deux actes de sécurité alloués par Dieu aux habitants de la terre : ((Mais Dieu se refuse de les châtier tant que tu es parmi eux. Dieu ne les châtierait pas alors qu'ils continuent de demander pardon)) (Coran VIII, 33).

Quelques recommandations du Messager (P)  

Le Messager de Dieu (P) fut tout fait de lumière, tout fait de bien, tout fait de clémence et tout fait de message et de bons caractères inégalables. En célébrant la mémoire de sa mort, nous nous rappelons les grands soucis qui le préoccupaient alors qu'il se trouvait sur son lit de mort. Il voulait faire son testament non pour faire hériter des biens matériels ou un bas monde aux siens. Il voulait faire des recommandations au sujet de l'Islam qu'il tenait à ne pas laisser les Musulmans l'affaiblir avec leurs fanatismes, leurs haines et leur ignorance. C'est à cette fin qu'il a pris la parole au jour du Sacrifice, lors du Pèlerinage d'Adieu, et qu'il a harangué les Musulmans en ces termes : "O gens il vous est illicite d'attenter les uns au sang et aux biens des autres, comme le sont sacrés votre jour-ci, votre pays-ci et votre mois-ci… Ne redevenez pas, après moi, des mécréants que les uns et les autres se frappent réciproquement les visages avec leurs sabres !".

Informé par l'Invisible, le Messager de Dieu (P) savait que les Musulmans se battrons les uns contre les autres, qu'ils divergeront les uns par rapport aux autres, qu'ils se traiteront réciproquement de mécréants et qu'ils maniganceront des fourberies les uns contre les autres. Il a donc voulu leur faire ses dernières recommandations puisque la plupart d'entre eux l'accompagnaient dans ce dernier de ses pèlerinages.

Une autre occasion s'est présentée à lui lors de sa maladie alors que plusieurs de ses proches se trouvaient autour de son lit. Il  s'est adressé à eux en disant : "O Fils de 'Abdmanâf ! Agissez pour ce qui est chez Dieu car, moi, je ne suis pour vous d'aucune utilité. O ‘Abbâs Ibn ‘Abdulmuttalib, ô oncle du Messager de Dieu ! Agis pour ce qui est chez Dieu car moi je ne suis pour toi d’aucune utilité. O Safiyya Bint ‘Abdulmuttalib, ô tante du Messager de Dieu !  Agis pour ce qui est chez Dieu car moi je ne suis pour toi d’aucune utilité. O Fâtima Bint Muhammad, ô fille du Messager de Dieu ! Agis pour ce qui est chez Dieu car moi je ne suis pour toi d’aucune utilité". Il lui arrivait souvent de dire aux Musulmans : "Que celui qui prétend ne prétende à rien, et que celui qui souhaite ne souhaite rien, car rien ne sauve en dehors d’une bonne action conjuguée à la clémence. Si, moi-même, je désobéis je serais perdant".

Suivre l'exemple du Messager de Dieu (P) 

Chers frères ! Alors que nous le commémorons, le Messager de Dieu (P) s'adressa à nous pour nous dire : Je me suis soucié de l'Islam. Grâce à lui je vous ai ouvert la voie de la lumière dans la vie. Vous être responsables de le préserver pour que, vous-mêmes, vous vous préserviez grâce à lui. Vous devez le rendre glorieux pour que vous soyez par lui une Nation glorieuse. Vous devez suivre droitement ses enseignements dans votre vie publique et privée, car l'Islam est le fondement de votre dignité, de votre force et de votre salut dans ce monde-ci et dans l'Autre monde.

Que la paix soit sur toi, ô Messager de Dieu, le jour où tu es né, le jour où ton âme est partie à la rencontre de Dieu, et le Jour où, vivant, tu seras ressuscité. 

Le second sermon

Certains Arabes n'ont plus honte !

 

La semaine dernière, les Mass médias ont diffusé des photos d'un responsable arabe qui serait la main à un responsable sioniste, traduisant ainsi -pour ne pas parler de conspiration ou de lâcheté- l'ampleur de la naïveté arabe dans l'approche des causes de la Nation. Puisqu'au moment où l'ennemi hausse le plafond des menaces qu'il adresse à la réalité arabe et islamique, au moment où il intensifie la colonisation et se montre de plus en plus intransigeant dans son renoncement à ses engagements antérieurs, des responsables arabes, et même, parmi eux, des responsables religieux, se présentent, de temps à autre, pour serrer les mains souillées du sang des nôtres, de notre peuple en Palestine, au Liban et ailleurs.

Malheureusement, la réalité arabe officielle n'a plus honte. Les Arabes continuent de se présenter au monde –qui ne respecte que les puissants- dans l'accoutrement de la faiblesse et du recul, ce qui les rend incapables de faire aucun acquis à leurs peuples. S'ils se réfèrent à leurs peuples, ils auraient compris qu'ils n'acceptent aucun laxisme quant à leurs droits. Comment donc il leur serait possible d'accepter ceux qui leur imposent, tout en prétendant les représenter, la honte et l'infamie face à l'ennemi?!    

Une nouvelle Intifada

Le peuple palestinien n'a plus, peut-être, qu'à relancer un nouveau processus d'Intifada qui arracherait la cause palestinienne des mains des conspirateurs et des lâches qui ont tout fait pour vendre cette cause, pour se décharger d'elle et de tous les engagements envers elle.

Nous disons aux Palestiniens : Ceux qui cherchent à vous faire peur en vous parlant de représailles consécutives à une nouvelle Intifada sont eux qui ont avorté votre action antérieure, en comptant tantôt sur les Etats-Unis ou en pliant devant les conditions israéliennes. Se sont leurs agissements qui ont permis à la colonisation israélienne de s'intensifier et de s'étendre au détriment du projet de l'Etat indépendant, cet Etat qui ne peut jamais voir le jour à travers la politique de la mendicité et du recul qu'exercent les officiels arabes.

Liban : L'impasse politique permanente

Quant au Liban, il traverse la phase difficile grosse de problèmes et de crises au niveau de la région entière, avec davantage de stagnation au niveau de l'Etat qui démissionne face aux plus simples questions, tantôt dans les conditions des désaccords liés au partage du fromage, tantôt dans celles des divergences des options politiques qui reflètent davantage de divergences au sein du gouvernement. C'est ainsi que s'installe avec plus de force l'impasse à l'intérieur de la spirale dans un pays qui produit plus de fanatisme lors de chaque saison électorale, et plus de recul dans l'action des gouvernements successifs. Le grand problème consiste dans la réalité des pauvres et des démunis dont les droits sont dévorés par les hommes politiques sauvages, ces hommes qui scrutent leurs votes lors de chaque élection. Pourtant, il parait que, loin de l'intérêt de la patrie qui sert tous ses citoyens, le peuple est toujours prêt à rendre service aux influents et aux instances fanatiques.

Le 12/02/2010 Ap. J. C / 28/02/1431 H

Envoyer vos commentaires