Rapports > Célébrations du Nouvel An à travers le monde
Print out

Célébrations du Nouvel An à travers le monde

Le monde entier a accueilli l'année civile 2013 par des célébrations réparties entre les pays riches et pauvres ; chacune des communautés a célébré cette occasion à sa manière.

Il est à noter que le premier festival de l'histoire en l’occasion du Nouvel An revient aux Babyloniens qui le fêtaient à la fin du mois de Mars, et qui durait onze jours, tandis que les Romains, le fêtaient le vingt-cinquième du mois de  Mars.

Le début des célébrations a été dans les îles du Pacifique Sud, puis en Nouvelle-Zélande et en Australie, suivies par Moscou, Hong Kong et les Emirats Arabes Unis, jusqu’à l'Europe, les Etats-Unis et le Canada.

Il n’est pas d’une grande importance d’afficher ce qui s’est passé en cette occasion, mais l’important c’est de prévenir les gens de ces manifestations d'opulence et de luxe qui ont accompagné ces cérémonies. En Australie, par exemple, mais sans s'y limiter, plus d'un million de personnes se sont réunis au port de "Sydney" pour assister à un spectacle qui a lancé sept tonnes de pétards et de feux d'artifice, notant que les gens prennent rarement conscience de la valeur matérielle de ces jeux, qui est estimée de sept millions de dollars, sans oublier la difficulté et la gravité du contrôle de cette habitude dans l’esprit collectif du peuple au niveau du monde ; comme si la joie et la célébration ne s’achèvent que par ce genre d’habitudes qui montrent jour après jour l’attachement des gens involontairement à ces habitudes qui ne sont d’aucune utilité.

Ces représentations ne s’arrêtent pas au point de brûler de grandes quantités d'argent à travers les feux d'artifice, mais elles ont même pris une autre forme qui s’est représentée par le fait de brûler environ deux mille véhicules à Paris comme a déclaré le ministre de l'Intérieur. Cette habitude est une des habitudes que les français se sont habitués depuis des années, indiquant qu’il y a un esprit social indiscipliné et révolté, inconscient et irresponsable. Nous ne devons pas oublier l’Allemagne et d’autres pays européens qui dépensent annuellement des centaines de millions de dollars pour acheter des cadeaux, et préparer les concerts et les banquets.

Quant au monde arabe et musulman, les célébrations ont été en plein essor, telles que celles détenues dans la tour de Burj Khalifa à Dubaï où ils ont lancé des pétards sur la mélodie d'orchestre symphonique, pour un coût de plusieurs millions de dollars, ainsi que dans d'autres villes où sont apparues publiquement des manifestations d'opulence et de luxe qui se sont avérées par le nombre des réservation dans les meilleurs hôtels et restaurants et à des prix exorbitants, et ce pour assister à des concerts musicaux débauchés accompagnés de la consommation d'alcool et la combustion de pétards et de feux d'artifice, tout en désobéissant parfois les règles de la moral et de l’éthique, et dépassant les limites de la religion ; comme si ces concerts et tout ce qui les accompagnent ont pour but unique la saturation des désirs.

Un grand nombre des personnes extravagantes, aisées et plus riches de toutes les races ignorent la situation difficile des pauvres et démunis dans le monde, ainsi que les difficultés dont souffre l'économie locale et mondiale… Pour combien de temps cette mentalité qui domine nos sociétés durera ?

Editeur du Site Bayynat

Le 03/01/2013 Ap. J. C / 21/2/1434 H

Envoyer vos commentaires