Publiés le 29 05 2006-05-31

Questions coraniques

Question : Es-il loisible pour une personne ordinaire de commenter le Coran selon sa croyance, sachant qu’elle a déjà lu l’exégèse dans les livres d’exégèse et qu’elle n’est pas habilitée à commenter le Coran?

Réponse : Celui qui commente le Coran doit avoir un haut niveau de science, de jurisprudence et de connaissance de la langue arabe ainsi que de la rhétorique arabe et de la Noble Tradition. Mais rien ne l’empêche d’emprunter les commentaires faits par les savants.

Le don

Question : Nos sœurs nous ont concédés leurs parts de la maison de notre père décédé. Dès années plus tard, elles ont renoncé à ce don et elles demandent maintenant leurs parts de la maison…Ont –elles le droit de le faire ?

Réponse : Elles n’en ont pas le droit car le don fait par les proches consanguins est irrévocable.

 

Le mariage de jouissance (mut’a)

Question : Une jeune femme sérieuse qui s’entretient elle-même et qui a dix-huit ans. Est-il possible de contracter avec elle un mariage de jouissance (mut’a) ?

Réponse : Cela est possible au cas où elle est mure du point de vue de ses capacités mentales.

Le mariage – le rapport sexuel

Question : Est-il loisible pour les deux époux d’avoir des relations sexuelles en tournant leur faces ou leurs dos dans la direction de la Qibla ?

Réponse : Cela est loisible.

 

Tradition

Question : Une personne qui boit de l’alcool en permanence. Certains membres de sa famille sont décédés. Lorsqu’elle lit la Fâtiha devant leurs tombes, est-ce que cela arrive à l’âme du défunt sachant que la prière, le jeune et les autres pratiques religieuses de celui qui boit de l’alcool ne sont pas admis durant quarante jours ?

Réponse : La Tradition dit que celui qui boit de l’alcool s’expose au risque de voir ses actions non admises durant quarante jours. Cela ne signifie pas qu’il n’est pas en droit de prier et de faire le jeûne, mais qu’il doit s’acquitter de ses obligations. Cela peut être récompensé s’il est pratiqué dans le respect des règles en vigueur et la personne concernée n’est pas obligée de reprendre ces actions passées.

 

Le jeûne

Question : Je n’ai pas fait le jeûne du mois de Ramadan depuis des années lorsque j’allaitais mon enfant car il n’acceptait aucune sorte de lait. La première année s’est écoulée et, avec le début du mois de Ramadan, j’étais enceinte de ma fille. Je n’ai donc pas fait le jeûne en raison de ma faiblesse et de mes fréquents vomissements. L’année est passée entre grossesse et allaitement et j’ai sevré ma fille quelques jours seulement avant l’arrivée du mois de Ramadan que j’ai entièrement jeûné. Que doit-je faire. Dois-je verser une somme expiatrice ? Dois-je récupérer les jeûnes passés en les recommençant ?

Réponse : Vous devez récupérer et verser la somme expiatrice en double en raison du retard de la récupération et parce que l’allaitement était la cause du fait de ne pas jeûner.

 

Le chant

Question : Est-il loisible d’acheter des instruments de musique pour les utiliser dans des hymnes islamiques et en amateur mais sans les utiliser pour des chansons illicites ? Et quelles sont les chansons illicites. Est-ce que les chansons patriotiques et les hymnes militaires sont légalement illicites ?

Réponse : Il est loisible de les acheter et de les utiliser pour le chant qui n’est pas illicite. Le chant illicite est celui qui excite les instincts et qui est connu dans les réunions des personnes perverses.

 

L’aumône

Question : Nous sommes sur le point de commencer la construction d’une petite maison dans notre village. Il existe une coutume courante dans notre société et dans toutes les sociétés islamiques selon laquelle il faut, avant de commencer la construction, égorger un mouton ou une poule comme sacrifice pour la maison. Je n’ai pas respecté cette coutume et, à la place, j’ai décidé de verser une somme d’argent à une mosquée ou à une husseiniyya. Quel est votre avis à ce sujet ?

Réponse : Cela est bon et gratifiant pour vous.

 

Le pèlerinage

Question : Quelle est votre avis en ce qui concerne le fait de s’asseoir sous un toit fixe ou mobile lors de la saison du pèlerinage et pendant le voyage de la Mecque à Arafat et de Arafat à la Mecque ?

Réponse : Se mettre à l’ombre n’est pas loisible pour la personne en consécration en vue du pèlerinage pendant les déplacements de longues distances comme lors du déplacement de la Mecque à Arafat. Mais le fait de se mettre à l’ombre est loisible lorsqu’on interrompt la marche pour se reposer ou pour d’autres fins.

 

L’Autre Monde

Question : Est-il vrai que le sourd-muet gagnera le Paradis sans jugement même s’il était mécréant ?

Réponse : Dieu ne demande à aucune âme que ce qui est dans son pouvoir et chaque âme est responsable de ses actions du moment où elle est adulte et assez mûre mentalement pour recevoir l’enseignement divin. Mais elle est excusable au cas où elle ne peut pas recevoir la connaissance.