Consultations > éthique > J'ai traversé des circonstances difficiles... Comment les surpasser et retrouver ma confiance en les autres ?!
Print out

J'ai traversé des circonstances difficiles... Comment les surpasser et retrouver ma confiance en les autres ?!

Consultation

Je suis une jeune fille âgée de 19 ans et j'ai un frère plus jeune que moi de trois ans. Quand il avait treize ans il m’a harcelé ; même mon cousin (10 ans) s’est déjà plaint qu'il l’avait agressé plus d'une fois.

Je ne l’ai plus parlé pour un an complet, ensuite j’ai essayé de le comprendre et l'aider, mais il m'a dit que ses sentiments envers moi n'étaient pas fraternels. Le plus gros problème c’est qu’il avait aidé ses amis à violer la servante qui travaille dans notre maison, et c’est ainsi que l’ambiance entre lui et ma famille est devenue tendue, et tout ce que je sais, c'est qu'il a été sévèrement puni.

Je suis allé récemment à l'extérieur pour étudier, tout en estimant que cette période que je passerais loin de mon frère sera une période de repos où je pourrais oublié ce que j'ai vécu, mais ma situation psychologique s’est empirée, je suis devenue pessimiste, je doute en les gens proches de moi, j’ai détesté mes collègues (hommes) à l'université et me comportais avec eux de manière agressive, j’avais aussi de l’haine envers les gens religieux engagés, parce que ceux qui ont commis le viol de la servante étaient issus de familles engagées religieusement.

Ce qui me fait peine c’est que mes parents l’ont pardonné, après sa prétention qu’il s’est repentit, mais ma présence les rappelle de ces événements, c’est pour cela que je m'assois toujours dans ma chambre, et j'évite de le voir. Comment puis-je me débarrasser des mauvaises idées qui m’assailli ? Comment puis-je récupérer ma confiance en les autres et surpasser cet incident et l'oublier ?

Réponse :

Notre chère sœur, c’est vrai qu’après tout ce que tu as souffert de ton frère et ses actions contraires à l'éthique, il est normal de ressentir de la peur et de l'anxiété, mais cela ne veut pas dire que tu arrives à cette situation psychologique dangereuse, surtout que ton frère, comme tu le dis, s'est repenti à Dieu de ses actions honteuses passées. Notons que l'attitude des tes parents envers lui et le fait de le pardonner est naturel, car il n'est pas de notre droit de tenir responsable l'homme qui se repentit de son péché, tant que Dieu a ouvert pour l’homme une porte de repentance.

Ce n'est-ce pas vrai que tes parents ne se souviennent pas de ce que ton frère avait fait que par ta présence, ils tentent d'oublier le passé mauvais, pour que votre vie continue normalement dans le présent et l'avenir. Nous pensons que c'est mieux pour toi et ta famille d’oublier le passé ou essayer de l'oublier progressivement, notons que ce qui pourra t’aider, c’est essayer d'ouvrir une nouvelle page avec ton frère, sous un cadre bien évidemment : oublier ce qui s'est passé. Il est interdit de couper les relations avec ton frère de cette façon, ceci est appelé « rupture des liens de sang », ce qui est des péchés majeurs (kaba’er). Tu dois t’aider toi-même en premier, et ensuite aider ton frère pour sortir de ce passé. L’homme ne doit pas rester prisonnier du passé, mais il doit se lancer dans sa vie loin du passé et ses tragédies, afin d’en apprendre une leçon qui nous sert pour notre présent et notre avenir, mais pas de la façon dont tu parles.

Tu dois être plus confiante en toi-même et les autres, pas dans le sens d’avoir confiance en toutes les personnes, mais être prudente. Tu peux aussi demander de l'aide à un psychothérapeute ou un assistant social pour t’aider à surpasser ce que tu vis, et Dieu est notre Aide.

***

L’envoyeur de la consultation : Anonyme

Le répondeur à cette consultation : Cheikh Youssof Sbeity, érudit, chercheur et membre au Bureau juridique de l’Institution de Son Eminence, Sayed Mohamad Hussein Fadlallah (ra).

Date : le 26/09/2013

Type de la consultation : éthique 

Le 25/10/2013 Ap. J. C / 20/12/1434 H

Envoyer vos commentaires