Archieve > Déclarations > La ligue Arabe et la crise libanaise
Print out

La ligue Arabe et la crise libanaise

 

Le Liban est toujours un territoire pour le règlement des comptes régionaux et internationaux

Fadlallah : La Ligue Arabe devrait commencer par ranger la maison arabe avant de se tourner vers la maison libanaise !

Son Eminence, l’Autorité religieuse Muhammad Hussein Fadlallah, a fait savoir que l’incapacité de la Ligue arabe est une conséquence de sa situation intérieure dans les conditions de désarticulation intérieure des positions arabes suite aux pressions américaines qui ont déterminé les plafonds de l’action de la Ligue ainsi que les limites des flux et des reflux des rôles de la plupart des pays arabes.

Son Eminence a insisté sur l’importance, pour la Ligue Arabe, de s’élever au niveau des aspirations des peuples arabes, signalant la difficulté d’une action efficace de la part de la Ligue dans la mesure où l’administration américaine ait obligé les Arabes a déposer les armes de la volonté et approfondi le fossé qui sépare les Etats arabes.

Il a conseillé les Arabes de ranger leur propre maison, car celui qui est dans l’impuissance de ranger la maison arabe intérieure sera encore plus impuissant quant à ranger la maison libanaise ou palestinienne.

Son Eminence a émis ces déclarations dans un communiqué dont voici le texte :

La crise libanaise continue de piétiner loin de toute solution malgré le lancement de l’initiative arabe et ses multiples décisions à interprétations multiples, initiative qui n’a abouti à aucun résultat avec le renouvellement du polémique intérieure sur la responsabilité de telle ou telle partie quant à la persistance du blocage ouvert sur davantage de polémiques, surtout que certains Arabes se rangent du côté d’une partie libanaise, alors que d’autres Arabes se rangent du côté d’une autre partie. Cela provoque des sensibilités arabes qui contribuent à rendre le problème encore plus complexe dans un contexte où l’on tient à marquer des points contre telle ou telle Etat, ce qui rend leur relations plus négatives et la scène libanaise plus tendue.

En même temps, l’administration américaine, représentée par son président George Bush, multiplie les signaux et l’envoi d’émissaires pour soutenir une partie libanaise contre une autre partie libanaise, surtout avec l’envoi d’une personnalité militaire qui fait craindre le surgissement d’une situation sécuritaire ou politique inquiétante.

Nous constatons que le Liban continue de servir de territoire pour le règlement des comptes régionaux et internationaux sous des slogans qui manipulent les termes de l’amitié, de la liberté et de la souveraineté au profit du projet international et américain en premier lieu. Surtout que l’administration américaine n’ait pas affiché son soutien absolu de l’initiative arabe, ce qui a contribué à son piétinement face aux problèmes libanais et arabes.

En observant les actions des responsables arabes, nous constatons qu’ils respectent la dimension régionale plus qu’ils ne respectent la dimension arabe. Pour cette raison, le monde arabe a perdu, dans le cadre de la Ligue Arabe, sa crédibilité et son efficacité. La Ligue Arabe s’est conduite d’une manière qui a permis à Israël et aux Etats-Unis d’empêcher la naissance d’un monde arabe unifié et de s’ingérer dans les affaires de chaque pays ou de chaque axe arabe pris à part les uns des autres.

Dans les conditions de cette situation que vit la Ligue Arabe, nous nous demandons pourquoi la ligue a-t-elle échoué quant à apporter un véritable changement dans la réalité arabe qui souffre d’une occupation qui s’acharne, comme en Iraq, à vouloir attiser la discorde entre les constituantes du pays et, comme en Palestine, à détruire tout un peuple ? Une occupation qui s’acharne à vouloir approfondir le fossé intérieur afin d’empêcher un pays, comme au soudan, de se relever, ou afin de provoquer, comme au Liban, une division intérieure qui menace de donner lieu à de grosses secousses et à un chaos illimité ?

L’impuissance de la Ligue Arabe est issue de sa réalité intérieure dans les conditions de la désarticulation intérieure des positions arabes. Elle est issue également du fait que l’administration américaine ait déterminé des plafonds à l’action de la Ligue et ait fixé le rôle de chaque pays arabe. C’est la raison pour laquelle l’action des Etats Arabes est subordonnée aux dictats de l’administration américaine en ce qui concerne chaque pays, dont le Liban, afin que le rôle de chaque Etat arabe suive le flux et le reflux des pressions américaines.

Nous avons toujours insisté et nous insistons toujours sur l’importance, pour la Ligue Arabe, de s’élever au niveau de l’action des peuples arabes, de leurs aspirations et de leurs perspectives, car c’est cela qui assure leur propre protection ainsi que celle des causes arabes. Nous voudrions que la Ligue Arabe soit efficace, mais son efficacité provient de celle de ses Etats membres. Tant que l’administration américaine pointerait de son sabre le cou des responsables arabes, tant qu’elle les obligerait à déposer les armes de la volonté, tant qu’elle tiendrait à approfondir le fossé des divergences et des complications arabes, la

Ligue Arabe ne pourra jamais réussir en raison de son inclination préalable devant les dictats de l’administration américaine.

Cela nous incite à affirmer que la Ligue Arabe n’arrivera à posséder la force nécessaire pour s’approprier sa décision que lorsque tous les pays arabes retrouveront la conviction de la nécessité de s’unir, de s’intégrer et de balayer les problèmes et les sensibilités qui dominent leurs relations les uns avec les autres. Impuissante quant à ranger la maison arabe intérieure, la Ligue Arabe est plus impuissante quant à ranger la maison libanaise ou palestinienne. Les arabes devraient plutôt agir dans le sens de ranger leurs situations intérieures et leurs relations interarabes car cela conduira à la cohésion à l’intérieure de la Ligue, une cohésion susceptible de conduire à une solution arabe au Liban et ailleurs.            

Le 17/02/2008 Ap. J. C / Le 10 safar 1429 H

Envoyer vos commentaires